Immunité & Expérience

Je vais toujours parler d‘immunité en vous faisant partager ma propre expérience, car je n’ai pas toujours eu l’immunité que j’ai aujourd’hui. Ce qui ne signifie pas que je n’attrape jamais rien, mais aujourd’hui quand une fois par an une rhinite commence, j’arrive en quelques jours à en venir à bout en évitant les complications, mais ça n’a pas toujours été le cas.

Dans ma jeunesse j’ai fait des études d’arts plastiques et me suis lancée dans la création de bijoux en résine que je vendais très bien : la résine est un matériau qui offre de nombreuses possibilités et a un très joli rendu, mais à 20 ans, on ne pense pas encore aux conséquences que peuvent avoir les produits toxiques tels que la résine sur sa santé. J’ai donc assez rapidement commencé à faire des rhinopharyngites qui tournaient mal, c’est à dire qu’ il n’y avait rien à faire pour arrêter le processus qui une fois engagé allait durer au mieux 15 jours et au pire 3 semaines. A l’époque mon médecin faisait de l’homéopathie, mais mes inflammations étaient tellement fortes, qu’il fallait me donner des corticoïdes, car mes symptômes étaient trop importants et je vous assure, quand on ne plus respirer, on est prêt à prendre n’importe quoi, même si on est une adepte des médecines naturelles. Très vite j’ai donc arrêté de travailler la résine, mais le mal était fait et durant des années j’ai eu régulièrement des rhinos tournant en bronchite. Puis un jour j’ai commencé à faire des pneumonies, bien sûr les antibiotiques étaient au rendez-vous.

Etant entre temps devenu Naturopathe,  j’ai cherché comment sortir de cette impasse et comment renforcer mon immunité.

J’ai d’abord changé mon Alimentation et diminué considérablement les laitages, en privilégiant chèvre et brebis, j’ai diminué le gluten et ai adopté une alimentation plus saine et mieux équilibrée.

J’ai commencé à Renforcer mon immunité, en prenant en charge mon intestin et en prenant des compléments alimentaires boostant mon immunité.                              J’ai utilisé le Bol d’air Jacquier qui permet d’améliorer la biodisponibilité de l’oxygène au sein de la cellule. C’est un appareil qui reconstitue un air enrichi en transporteurs naturels d’oxygène , ce qui se passe quand mon marche dans une forêt de pins.

J’ai commencé à avoir une Activité physique régulière. Natation et marche afin d’améliorer mes capacités respiratoires

Petit à petit mes rhinos se sont espacées et sont devenues moins violentes, mais malgré mes efforts ça a pris quelques années car j’avais développé une véritable fragilité respiratoire.

Tout cela pour vous dire qu’il y a toujours des possibilités de sortir d’un engrenage dont on ne voit pas le bout, mais cela ne se fait pas d’un coup de baguette magique et on ne passe pas d’un état à un autre du jour au lendemain.

Le mieux est bien entendu de prévenir avant que la maladie s’installe et de renforcer son terrain. Une fois malade, la phytothérapie, l’aromathérapie, la gémmothérapie ne vont pas en 24 heures tout arrêter mais ça va accompagner, aider le corps à lutter et permettre de diminuer les symptômes et la durée de la maladie. Dans cette phase, il faudra prendre des doses beaucoup plus importantes si l’on veut avoir des effets, je vous renvoie aux autres articles. Et maintenant avoir un petit rhume de temps en temps fait aussi partie des choses naturelles, il faut juste éviter les complications.

Pensez à traiter votre terrain et préparez l’hiver pour le passer dans les meilleures conditions possibles.

Sophie Franciosi

Naturopathie Evolutive

Thym et Immunité

Unknown-2

Nom commun: Thym

Nom Botanique : Thymus

Cet été j’ai fait un séjour dans les Alpes de Haute Provence et lors de mes promenades, j’ai eu la chance de cueillir du thym que j’ai fait sécher pour en avoir pour l’hiver car rien de tel qu’une tisane de thym pour se protéger des maladies hivernales. Bien sûr, on peut le cultiver au jardin mais celui qui pousse dans la nature entre les rochers, sur des sols arides est beaucoup plus puissant et donc plus efficace, mais autrement ne désespérez pas, le thym du jardin ou de l’herboristerie feront aussi l ‘affaire.

Célèbre depuis l’Antiquité pour combattre de nombreux maux, le thym est la plante incontournable pour soigner en douceur les infections hivernales notamment les problèmes ORL, mais aussi pour favoriser une bonne digestion. Utilisé frais ou sec dans l’alimentation comme en tisane, ou  sous forme d’huile essentielle, ce condiment est très polyvalent. On a tendance à ne pas lui donner l’importance qu’il devrait avoir car on le considère comme un simple condiment alors que c’est une véritable plante médicinale.

Du temps des grecs et des romains, on le faisait brûler pour purifier l’air intérieur, on le plongeait dans les bains avant de partir au combat car on l’associait à la notion de vigueur et de courage.

Quelles sont les propriétés du thym ?

Le thym a une action action antiseptique, anti-infectieuse, antispasmodique (il prévient les spasmes de l’appareil digestif) et expectorante (il dégage les voies respiratoires). Il stimule le système immunitaire et l’aide à mieux combattre les infections. C’est aussi un tonique musculaire avec une action relaxante sur le muscle.

Il est aussi antifongique donc très intéressant en cas de mycoses buccales ou digestives.

Je l’apprécie l’hiver pour ses propriétés ré chauffantes et j’aime la combiner au gingembre.

Quand utiliser le thym ?

Le thym est indiqué dans la prise en charge :

Des infections bronchiques et respiratoires : toux, congestions nasales (rhumes). Il fluidifie les sécrétions et permet de mieux les évacuer.

Des troubles digestifs (digestions difficiles, ballonnements, nausées, douleurs abdominales, flatulences). Il soulage grâce à ses principes amers.
Des infections d’origine bactérienne ou fongique (mycoses).

Des maladies de la peau (acné, eczéma, herpès, varicelle) des affections de la bouche (aphtes, gingivites)

Des petites plaies, des démangeaisons et des piqûres d’insectes.

Le thym contient du thymol, une molécule qui permet de prévenir les thromboses (caillots sanguins) et les maladies cardiovasculaires.

Mais il peut être utilisé simplement pour son action générale sur l’immunité.

Comment l’utiliser?

En cuisine , sous sa forme fraîche. Il accompagne merveilleusement les œufs brouillés, les omelettes, les pommes de terre, mais aussi les marinades qu’il protège de surcroit grâce à son pouvoir bactéricide.

En usage interne sous forme de tisane, laisser infuser 10 minutes, 20 g de sommités fleuries séchés dans 1 litre d’eau bouillante. Prendre 3 tasses par jour ou plus. On peut l’agrémenter de citron ou le combiner avec du rhizome de gingembre.

En usage externe, sous forme de teinture mère, 1c à café mélangée à 3 cuillères d’eau permettra de désinfecter une plaie .

Il peut s’utiliser aussi sous la forme d’ huile essentielle mais attention il existe plusieurs chémotypes de thym . Celui que je conseille qui est sans danger et peut-être utiliser chez l’enfant dès 5 ans est le thym à linalol. On peut mettre quelques gouttes dans de l’eau chaude et faire des inhalations .

Ou bien on peut en mélanger 5 gouttes dans un peu d’huile végétale et se frictionner le torse avec. Les synergies avec d’autres huiles essentielles comme le tea tree, l’eucalyptus radiata renforcera son action. Je rappelle que par mesure de précaution , on n’utilise aucune huile essentielle les 3 premiers mois de grossesse, ensuite le thym à linalol peut être utilisé dilué et chez l’enfant dès 5 ans.

L’huile essentielle de thym est aussi efficace contre les staphylocoques et les streptocoques.

On pourra s’en servir pour désinfecter les surfaces de la maison qui en ont besoin et ainsi éviter les produits ménagers chimiques qui ne respectent pas l’environnement. L’idéal serait de le mélanger avec de l’HE de tea tree et de l’HE de citron.: 5 gouttes de chaque diluée dans 500 ml d’eau tiède.

J’espère que cet article vous sera utile et qu’il fera vous fera apprécier le thym.

Sophie Franciosi                                                                                              Naturopathie Evolutive

Immunité et Echinacée

Bonjour à tous, en ce début novembre, je vais continuer à vous parler d’immunité et des plantes qui peuvent vous aider. Lors de mon dernier article je vous ai parlé de l‘Astragale de Chine, grande plante de l’immunité et de la prévention. Aujourd’hui je vais vous parler de l‘Echinacée et voir ce qui différencie ces deux plantes.
On trouve beaucoup d’articles parlant de l’Echinacée purpura comme de la grande plante de l’immunité qui va servir à prévenir et guérir tous les maux de l’hiver, en fait elle est souvent mal utilisée et c’est un peu plus complexe.
Je vais donc voir avec vous ses avantages, quand et comment l’utiliser.
Un peu d’histoire: C’est une plante qui nous vient d’Amérique du Nord, très utilisée notamment par les indiens Cheyennes. Ils s’en servaient pour soigner les infections respiratoires, les angines, les douleurs dentaires, et même les morsures de serpent ou d’araignée. Elle était considérée comme un remède miracle. Elle s’est fait connaître chez nous dans les années 1800. Tout d’abord aux Etats unis ou les amérindiens transmirent leur savoir à un médecin qui ensuite transmit à d’autres.
Il y a différents échinacées: l’ augustifolia, le palida et le purpurea, le dernier est le plus utilisé sur le marché mais les trois formes sont valables et peuvent pour les jardiniers se cultiver.
C’est une plante qui fait merveille non pas pour stimuler le système immunitaire d’une personne qui veut juste éviter les rhumes et petits inconvénients de l’hiver, mais elle s’adresse à ceux qui ont un système immunitaire faible avec peu de globules blancs, en gros aux personnes qui tombent souvent malades, qui sont fatigués, épuisés, qui ont trop de travail, des soucis familiaux, personnels…
Là , elle sera intéresante en prévention, autrement l’Astragale sera beaucoup mieux adaptée.
Ou bien, elle peut faire merveille si elle est prise au début d’une infection : bronchite, sinusite, grippe, mais on ne l’utilisera pas pour un rhume.
Dans le cas d’une véritable infection, elle va stimuler le système immunitaire, il y aura plus de globules blancs et ils seront plus puissants. De plus elle permettra un bon nettoyage à travers une stimulation du système lymphatique.
Sous quelle forme la prendre et quellle posologie?
On a besoin d’un dose forte et les extraits secs ou gélules sont sous dosés donc on n’obtient pas les résultats escomptés.
On va donc l’utiliser sous forme de teinture mère de racine fraîche, à défaut du coeur de la plante et des graines. Il faudra prendre ½ à 1 cuillère à café 5 fois par jour. ( entre 12 et 25 ml). Ce qui fait une quantité assez importante.
En prévention pour les cas cités plus haut, 1 cuillère à café, 2 fois par jour pendant 3 semaines .
On ne l’utilisera pas dans le cas de maladie auto-immune car elle stimulerai le système immunitaire qui déjà s’est emballé, donc mieux faut l’éviter.
Elle peut être utilisée sur de longues périodes sans aucun problème.
J’espère que cet article vous éclairera sur cette plante
Sophie Franciosi / Naturopathie évolutive

Immunité et Astragale

Chers lecteurs, dans mon article précédent j’ai insisté sur l’importance du terrain et notamment du microbiote. Je rappelle que 80 % de votre immunité est dans votre intestin, donc ne le négligez pas.

Aujourd’hui je vais vous donner quelques pistes supplémentaires pour booster votre immunité dans cette période charnière où les premiers froids commencent à se manifester, et où le changement horaire nous rend plus vulnérable aux maladies saisonnières.

Je vous rappelle que pour booster votre système immunitaire certains points sont très importants à savoir : une bonne hygiène de vie avec une alimentation saine, un sommeil de qualité, une pratique sportive régulière, une pensée positive. Et soyez à l’écoute des messages que vous envoie votre corps. La phytothérapie peut aussi être un soutien pour renforcer.

Je voulais vous présenter une plante : l’Astragale de Chine, plante adaptogène très intéressante dans la prévention. On utilise la racine, qui aide à soutenir le système immunitaire, protège le foie et le coeur.

On l’utilise beaucoup en médecine chinoise car c’est un tonique du QI (énergie) de la rate et du QI du poumon.

En temps que tonique de la rate, elle sera utile pour mieux transformer les aliments, donc pour améliorer la digestion ; et ensuite cette énergie monte aux poumons et soutient le système en général. Si la rate manque d’énergie, on digère mal ; et si on digère mal, l’immunité étant dans les intestins, on ne peut pas être en bonne santé. La racine d’Astragale est donc bien un tonique de la Rate. Elle apporte l’énergie, augmente l’appétit et améliore la digestion.

Et en tant que tonique des poumons, elle est utile pour lutter contre les rhumes et les grippes, et pour ceux qui ont des difficultés respiratoires comme l’asthme, ou ceux quí transpirent trop ou pas assez.

En prévention, il peut être intéressant de l’associer au champignon Reishi.

La racine d’astragale est considérée comme adaptogène. Elle aide à reconstruire et rétablir la santé générale du corps. Elle est utilisée chez ceux qui souffrent d’épuisement des surrénales et qui souffrent de fatigue chronique, elle est donc intéressante pour les personnes épuisées qui attrapent facilement des rhumes ou grippes.

En tant qu’immuno-modulatrice, elle aide à rétablir l’équilibre du système immunitaire, ce qui fait baisser la fréquence et l’intensité des allergies.

C’est une plante qui a beaucoup d’atouts, des études montrent qu’elles aident les personnes ayant un cancer et qu’elle est très anti-oxydante. Elle améliore également la fonction cardiaque.

Comment l’utiliser ?

On peut l’utiliser en décoction 20 à 30 g de racine par litre. Sa saveur douce fait que l’on peut la faire mijoter dans des plats pendant 1h à 1h30, on retire ensuite la racine trop fibreuse .

On la trouve aussi sous forme de teinture mère, 40 à 80 gouttes et 3 fois par jour.

On la trouve aussi sous forme de gélules mais les dosages sont plus faibles. Le mieux et de l’acheter dans une herboristerie en racine coupée et de l’utiliser dans la cuisine, ou de la boire en décoction.

Sophie Franciosi                                                                                                                  Coach en Naturopathie évolutive

Immunité et terrain “Le microbe n’est rien , le terrain est tout”

Béchamp et Pasteur contemporains s’opposèrent farouchement pour défendre leurs théories bactériennes devant les milieux scientifiques de l’époque.

Pour Pasteur toute maladie infectieuse était causée par des micro-organismes extérieurs. Béchamp lui voyait une origine interne. Béchamp avait donc raison lorsqu’il affirmait : « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Effectivement des personnes en relation avec les mêmes bactéries ou virus développent ou pas une maladie infectieuse. Quel est donc ce qui fait la différence? Eh bien notre terrain.

Eh oui , notre terrain est la clé de notre immunité et ce terrain est interdépendant de notre santé intestinale.

Notre intestin n’a pas qu’une fonction digestive, il est aussi notre premier organe de défense immunitaire et représente 80 % de notre immunité. C’est à dire qu’il nous protège des agresseurs ( virus, bactéries) et cela grâce à un écosystème complexe.

Tout d’abord notre flore digestive avec nos 100 000 milliards de bactéries qui collaborent. Nous avons 100 fois plus de bactéries que de cellules. Ces bactéries en équilibre facilitent la digestion, permettent de répondre aux agressions et ont encore beaucoup d’autres fonctions.

Ensuite notre muqueuse digestive , 150 m2 d’intestin grêle qui ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires pour assurer nos fonctions métaboliques et énergétiques. Tout autre substance posera problème et une muqueuse perméable entraînera un “lucky get syndrom” avec toutes les pathologies qui en découlent. Il faut savoir que les déséquilibres alimentaires, le stress chroniques et certaines substances comme les pesticides, fongicides, antibiotiques , anti-inflammatoires endommagent cette muqueuse. Quand ce système n’est pas au top, l’organisme réagit en créant des anticorps pour lutter contre ces substances qui ont traversé la barrière intestinale et il s’en suit une réaction inflammatoire qui se déclanche soit dans l’intestin , soit à distance en créant des allergies, des cystites, des intolérences alimentaires, des infections de tout ordre et même de la dépression. D’ailleurs toute maladie auto-immune est en relation avec une perméabilité intestinale.

Que faire alors?

Pour un système intestinal optimal , l’alimentation est très importante mais il faut aussi veiller à ne pas avoir un terrain acide. Il faut se débarasser des parasitoses: vers et candidose, apporter des pré et des probiotiques, sous forme alimentaire et parfois en compléments alimentaires. Les actibiotiques, spécialités du laboratoire Parinat sont très intéressants car ils permettent à nos propres bactéries de se développer et en dernier lieu il est capital si la muqueuse est endommagée de la réparer avec de la Glutamine, et n’oublions pas a vitamine D qui a une action sur notre immunité et sur les jonctions sérrées de l’intestin.

Voilà quelques pistes pour une meilleure immunité et mieux traverser l’hiver.

Cependant, la consultation avec un naturopathe qui effectue après une anamnèse un bilan permet de mieux cibler votre besoin et de mieux vous orienter.

Sophie Franciosi

Naturopathe

La cellulite – Comment s’en débarrasser?

La cellulite est un amas graisseux sous-cutané, accumulation anormale de graisse, d’eau et de toxines emprisonnées dans des fibres collagènes endurcies. En grossissant, ces amas forment des protubérances qui déforment le derme de manière plus ou moins visible à l’œil nu, lui donnant un aspect granuleux de peau d’orange. . Hélas, elle ne s’élimine pas seulement par un simple régime, ni par l’activité physique.

La cellulite n’est pas une maladie et ne présente aucun danger particulier pour la santé. Elle est surtout un problème esthétique. A un stade plus avancé, elle peut être douloureuse au pincer ou au toucher et demande plus d’efforts pour être éliminée.

La cellulite est un phénomène plutôt féminin. Neuf femmes sur dix en auront au cours de leur vie, qu’elles soient minces ou rondes, sportives ou non. Ceci pour des raisons à la fois hormonales et constitutionnelles. Les femmes sont en effet « programmées » pour stocker des graisses en prévision d’une éventuelle grossesse et d’une période d’allaitement. Ce principe date de l’antiquité où nos ancêtres pouvaient être amenés à vivre des périodes de privation. C’est pour cette raison pratique que leurs hormones (les œstrogènes) favorisent ce stockage. Chez la femme, les graisses représentent 25 à 30% de leur poids contre seulement 12 à 15% chez l’homme. Elles disposent en effet de deux fois plus de cellules adipocytes (cellules graisseuses ou adipeuses) que les hommes. Ces cellules sont par ailleurs plus grosses et réparties sur le bas du corps (hanches, fesses, cuisses).

Il existe différents types de cellulite:

La cellulite aqueuse, œdémateuse ou d’infiltration : elle est liée à l’eau, en particulier à une rétention d’eau gonflant les cellules, entraînant l’accumulation des déchets et l’inflammation des tissus. C’est une cellulite à peine visible et souple. Elle est le plus souvent causée par des problèmes de circulation Elle est favorisée par le manque d’activité physique.

La cellulite adipeuse: elle est causée par un excès de stockage. Les graisses en excès gonflent les cellules graisseuses (adipocytes), jusqu’à 50 fois leur taille, perturbent la circulation et causent l’accumulation de toxines créant une inflammation des tissus. Certaines régions du corps sont plus concernées que d’autres parce que les cellules graisseuses y sont plus nombreuses : les hanches par exemple avec la fameuse culotte de cheval. C’est une cellulite molle, souple et indolore. Elle peut apparaître en cas d’excès de consommation de mauvaises graisses (graisses cuites, graisses saturées) , de produits sucrés et/ou à un manque d’activité physique.

La cellulite fibreuse ou indurée: elle est causée par un dysfonctionnement (la fibrose) des fibres collagènes servant à fixer les cellules sur la peau et les muscles. C’est une cellulite dure au toucher, de teinte violacée et très visible. Elle est douloureuse au pincement et à la palpation. Généralement ancienne, elle peut être profonde et compactée. On la trouve sur les cuisses. C’est une cellulite difficile à déloger.

Ces 3 types de cellulite coexistent souvent car les causes sont liées, l’une favorisant l’autre. On parle de cellulite mixte. Le mix cellulite adipeuse et cellulite aqueuse est le type le plus fréquemment rencontré chez la femme. Il se développe un peu partout sur les régions du corps.

Les solutions pour lutter contre la cellulite doivent être établies en tenant compte du type de cellulite (aqueuse, adipeuse et/ou fibreuse).

Que faire?

Il n’existe pas de recette miracle pour éliminer la cellulite mais des solutions efficaces existent pour fortement la diminuer selon le stade. Régime et sport aident mais ne suffisent pas puisque la cellulite est une graisse emprisonnée dans un réseau de fibres que le métabolisme seul ne peut éliminer. Pour lutter contre la cellulite, il faut :

– Traiter la cellulite en elle-même : l’objectif est de libérer la graisse emprisonnée pour la rendre à nouveau mobilisable. Massages et crèmes, appareil anticellulite ou séances en institut spécialisé vous y aideront.

  • On adaptera les soins et la fréquence en fonction du type de cellulite
  •  Tout d’abord rééquilibrer son alimentation: Consommer protéines, légumes, crudités et de bonnes graisses.
  • Eviter le sucre, trop de féculents. Eviter l’alcool. Veiller à l’indice glycémique de ses repas. Eviter mauvaises graisses et un excès de graisses saturées ( 20 % du total des graisses).
  •  Manger bien le matin, correctement à midi et peu le soir. On maigrit la nuit .
  • Bouger , favoriser les sports aquatiques. L’eau exerce une pression naturelle sur le corps et favorise la circulation sanguine et lymphatique.
  • Faire des massages afin de décoller les amas graisseux et raffermir ainsi la peau et améliorer la microcirculation. Pour les massages soit le massage palper rouler. Soit le massage à la ventouse.
  • Moi je pratique et conseille le massage à la ventouse car il a une réelle efficacité pour décoller et casser les amas graisseux et j’alterne avec le drainage lymphatique afin de mieux drainer les toxines qui une fois délogées du système graisseux se retrouvent dans la lymphe . La combinaison des deux me semble indispensable. 

Prendre pendant le traitement un complément alimentaire à base de plantes drainantes.

En cas de problèmes circulatoire, faire un traitement avec des plantes qui vont aider à un meilleur retour veineux. Marron d’aide, fragon, hamamélis…

Si problème lymphatique, on stimule la circulation lymphatique avec de l’echinacée, du sorbier…Et en plus matin et soir se masser les jambes avec des formules qui agissent sur les graisses et dans certains cas sur la circulation sanguine, voir les deux .

Si on est patient et qu’on applique ce programme, on se débarrassera ou on réduira de manière significative sa cellulite et l’aspect de sa peau.

Comment se reminéraliser ou maintenir un taux de minéralisation optimal?

La déminéralisation est l’assimilation insuffisante et l´élimination exagérée de substances minérales.

La décalcification est la dimunution de la quantité de calcium contenue dans l’organisme, essentiellement dans les squelette.

La déminération et la décalcification sont dues à différents facteurs internes et externes.

Parmi les facteurs internes, on citera:

  • L’épuisement nerveux, le stress, l’insomnie qui engendrent une fuite de calcium par les urines et une déminéralisation par déséquilibre endocrinien
  • L »insuffisance thyroidienne qui empêchera le calcium de se fixer sur l’os.
  • Un hyperfonctionnement des parathyroïdes car la parathormone prélève le calcium de l’os.-
  • Trop de déchets acides , notre corps utilisent alors ses propres minéraux étant des bases pour tamponner l’acidité et quand il n’en a pas assez il pompe l’os de ses minéraux ce qui provoquera un problème de résorbtion osseuse.

Parmi les facteurs externes , on citera:

  • La dénutrition,
  • Un apport insuffisant en vit D et K

Aujourd’hui dans nos pays industrialisés, on se trouve face au paradoxe suivant: une dénutrition dans une société d’abondance .

Car la majorité des produits préparés de la grande distribution sont vides de nutriments, bourrés de mauvais gras et ont un indice glycémique très haut. Les fruits et les légumes contiennent aussi moins de minéraux qu’avant car les sols sont plus pauvres.

D’après des études récentes 75% des français consomment moins des apports journaliers recommandés en magnésium , et les taux déterminés par les autorités sont déjà bas.

Pour résumer notre corps a besoin de nombreux minéraux pour:

  • maintenir de nombreuses fonctions vitales
  • disposer d’un bon capital osseux
  • favoriser l’équilibre nerveux et
  •  neutraliser les déchets acides qu’il fabrique tous les jours.

Qu’est ce que l’ostéoporose?

L’ostéoporose est une déminéralisation squelettique localisée ou généralisée. Les os du squelette représente un tissu vivant très actif protecteur de cellules sanguines et réservoir de sels minéraux.

Nous avons besoin de tous les minéraux pour maintenir un bon capital osseux et prévenir les problèmes d’ostéoporose qui prennent des proportions de plus en plus importantes dans nos pays industrialisés. On nous fait souvent croire qu’ils sont dus à un apport en calcium trop pauvre et on nous dit qu’il faut consommer 3 produits laitiers par jour pour y remédier. Ce sont des vues simplistes et même erronées. La disponibilité du calcium dans les produits laitiers est en fait relativement basse. Et les pays comme la Suède, grand consommateur de laitages , obtiennent le record de fractures du col du fémur. Or on le trouve dans de nombreux végétaux comme les choux , ainsi que dans les oléagineux. Le sésame en contient beaucoup

 Le chou Kale

La déminéralisation est une conséquence de la diminution de la trame protéique de l’os. Cette trame devient poreuse et permet las fuite des minéraux et du calcium. Cette trame s’altère principalement par la sédentarité , un mauvais apport en aliments protéiques et est majorée par la prise de tabac et d’alcool.

Les problèmes surgissent en général quelques années après à la ménaupose car les cellules qui permettent la construction osseuse: les ostéoblastes tendent à disparaîttre et et les ostéoclastes qui sont responsables de la destruction osseuse sont plus nombreux.

Mais la question de l’apport en minéraux n’est pas suffisante, il faut aussi s’assurer qu’ils sont déposés aux bons endroits, sur les os par exemple. Or, nous savons aujourd’hui que 2 vitamines nous aident à faire ce travail :

  • la vitamine D 
  • la vitamine K2.
  • La vitamine D intervient dans une multitude de processus physiologiques. Elle est très importante pour notre système immunitaire et permet justement à notre corps de déposer les minéraux sur nos os. On fabrique la vitamine D grâce au soleil. Vu que l’on s’expose de moins en moins au soleil aujourd’hui, beaucoup de gens ont des carences. Vous pouvez faire vérifier vos taux de vitamine D par une simple prise de sang. Les autorités françaises disent qu’il faut au moins 30 ng/ml. Cela dit, les taux optimaux tournent plutôt autour des 50 ng/ml.
  • -La vitamine K2 est une autre vitamine importante qui nous aide à déposer les minéraux aux bons endroits, sur les os plutôt que sur la paroi artérielle par exemple, ce qui pourrait créer des problèmes d’athérosclérose. On la trouve dans certains aliments comme le natto, ce met japonais fait de fèves de soja fermentées.

Comment se reminéraliser?

-En ayant une bonne alimentation riche en fruits, légumes et oléagineux: Le sésame par exemple contient enormément de calcium

– En prenant des infusions minéralisantes. Parmi les plantes minéralisantes il y a l’ortie, qui est une plante très complète aux propriétés nombreuses

. Elle est très riche en minéraux.

30 g d’ortie vous fourniront 280 mg de magnésium, ce qui est une excellente dose journalière.

Il y a aussi:

  • La luzerne,
  • Le trèfle rouge
  • La prêle

Comment les infusions agissent?

Grâce au processus d’extraction à l’eau chaude qu’on appelle l’infusion, on va pouvoir extraire tous les minéraux sous forme élémentaire. Notre système digestif va alors pouvoir les absorber de manière très efficace. Ici, on extrait directement la molécule de magnésium, de calcium ou de potassium qui n’a donc plus besoin d’être digérée. La disponibilité de ces minéraux va alors s’approcher des 100 %. –

Ces plantes minéralisantes sont justement intéressantes car elles contiennent non seulement du magnésium mais aussi du calcium, du potassium, du phosphore, du manganèse, de la silice, du cuivre, etc.

Tous ces minéraux vont agir en synergie pour nous permettre de maintenir un bon équilibre.

Pourquoi le magnésium est si important ?

Les-aliments-les-plus-riches-en-magnesium

Le magnésium est un sel minéral qui a un rôle très important dans de nombreuses réactions enzymatiques intracellulaires. Il participe aussi à la transmission neuromusculaire de l’influx nerveux. Il est souvent considéré comme « l’anti-stress » naturel.

Le magnésium (symbole Mg dans la table périodique des éléments) compte parmi les sels minéraux essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Le corps d’un adulte en renferme environ 25 g, dont plus de la moitié se situe au niveau osseux et le reste principalement au sein des muscles. On le trouve aussi dans le cytoplasme des cellules . En revanche il est très peu présent dans le sang, inférieur à 1 % ce qui signifie que l’analyse de sang est peu intéressante pour connaître ses réserves.

Le rôle du magnésium dans l’organisme

Le magnésium est impliqué dans l’activité déplus de 300 enzymes et dans un grand nombre de fonctions cellulaires.

  • Il participe ainsi au métabolisme des lipides (graisses), à la synthèse de protéines, à la dégradation du glucose (sucre) pour libérer de l’énergie, à l’activité de certaines hormones, telles que l’insuline.
  • Il est essentiel à la transmission neuro-musculaire de l’influx nerveux et à la régulation du rythme cardiaque.

Des études récentes suggèrent l’intérêt d’un apport suffisant de magnésium dans la prévention des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2. Le magnésium est essentiel à l’action de l’insuline, hormone qui ramène la glycémie (taux de sucre sanguin) à la normale après un repas fournissant des glucides (sucres). Il semble qu’un apport insuffisant en magnésium, favorise l’insulino-résistance, c’est-à-dire le manque d’efficacité de l’insuline.

Avec le calcium et la vitamine D, il aide à prévenir l’ostéoporose.

Quelles sont les sources alimentaires de magnésium?

Les aliments les plus riches en magnésium sont le cacao et le chocolat noir, les fruits à coque, les mollusques (fruits de mer), les aliments céréaliers complets, les fruits et légumes secs. Les fruits et légumes frais, les viandes, les poissons, les produits laitiers contiennent aussi du magnésium, mais en faible proportion.

Certaines eaux minérales dites magnésiennes, apportent plus de 50 mg de magnésium par litre : il s’agit par exemple de Rozana (160 mg par litre), Hépar (119 mg), Badoit (80 mg), Contrex (75 mg).

Magnésium et constipation

Le magnésium, surtout lorsqu’il est ingéré sous forme de sulfate de magnésium, a un effet laxatif chez certaines personnes. la prise de sels de magnésium permet d’agir sur la constipation. Une étude clinique a été menée en France, testant l’efficacité d’une eau minérale riche en sulfate de magnésium sur 244 femmes souffrant de constipation. 38 % de celles qui ont consommé 1 litre par jour de cette eau pendant un mois (comparativement à une eau faiblement minéralisée) ont constaté une amélioration : selles moins dures, diminution du besoin en médicaments laxatifs.

Magnésium et migraine

Le déficit en magnésium pourrait être un facteur déclenchant des migraines, altérant la libération de certains neurotransmetteurs. Un apport de 600 mg de magnésium par jour pouvait réduire la fréquence des migraines, voire l’intensité de leurs symptômes Une étude  récente a montré chez des personnes migraineuses, l’intérêt d’un supplément associant magnésium, vitamine B2 et coenzyme Q10.

Quels sont les risques liés à une carence en magnésium?

La carence sévère en magnésium est rare, elle peut induire une hypocalcémie(manque de calcium dans le sang).Le déficit se traduit par des signes de tétanie latente : fatigue, crampes, fourmillements, tremblements, anxiété…En cas d’alcoolisme chronique, on observe également une augmentation des pertes rénales de magnésium.

Quels sont les risques liés à un excès de magnésium?

L’excès de magnésium est principalement dû à la prise de suppléments de magnésium ou de médicaments contenant du magnésium (par exemple, les médicaments antiacides à base de sels d’aluminium ou de calcium et de magnésium, de type Maalox ou Rennie). Il peut occasionner une diarrhée chez certaines personnes. Il ne semble réellement problématique qu’en cas d’insuffisance rénale chronique, qui entraîne un défaut d’élimination rénale du magnésium. La dose limite de sécurité est fixée à 350 mg par jour en plus de l’apport nutritionnel conseillé. Par exemple, une femme de 60 kilos ne doit pas dépasser un apport quotidien de 710 mg de magnésium.

Sous quelle forme le prendre en complémentation?

On peut rétablir l’équilibre par une supplémentation , mais pas n’importe laquelle car elles ne sont pas touteshautement assimilables par l’organisme.

 

Le magnésium inorganique : nigari , chlorure de magnésium est utile en cas d’infection, mais seulement 15 % est assimilable. Il a un effet laxatif et est déconseillé aux personnes ayant une insuffisance rénale.

Le magnésium organique 

Certains sont très assimilables comme :

  • Le citrate de magnésium
  • L’aspartate de magnésium                                                                                                      
  • Le gluconate de magnésium                                                                                                    
  • L’oxyde de magnésium                                                                                                                
  • Le glycinate de magnésium                                                                                                      
  • Le malate de magnésium

Il est intéressant qu’il soit combiné à de la vitamine B6 ou à de la taurine.

 

 

L’Argent Colloïdal – Un antibiotique naturel

argent-colloidal-eau-pure

Qu’est ce que l’argent colloïdal?

C’est une simple suspension de particules d’argent microscopiques dans de l’eau ultra pure. Elle est souvent composé de 85% d’ions et de de 15% de particules d’argent.
C’est un remède naturel capable de tuer la plupart des microbes, virus pathogènes , champignons et parasites, d’accélérer la cicatrisation des blessures et des brûlures, de soigner la peau et les allergies, de stimuler les défenses naturelles, de purifier l’eau… Et pourtant, il est aujourd’hui interdit à la vente en France pour une utilisation par voie interne. On peut toujours en acheter pour un usage externe, tout comme l’argile verte excellent remède en cas de diahrée qui est aussi vendu uniquement pour un usage externe. En tout cas aucune raison scientifique n’explique cette interdiction. Il faut savoir qu’ aux Etats-Unis, la très sévère Food And Drug Administration (FDA) n’a formulé à ce jour aucune objection à ce que l’argent colloïdal soit commercialisé et utilisé pour combattre les micro-organismes pathogènes. Confrontés à cette interdiction, certains fabricants européens d’argent colloïdal ont trouvé un stratagème pour le vendre: Obtenir l’autorisation de le commercialiser en tant que produit cosmétique.
Il faut savoir qu’il était largement prescrit par les médecins jusqu’à la seconde guerre mondiale et qu’il est tombé dans l’oubli suite à la découverte des antibiotiques. Mais aujourd’hui avec l’accroissement des résistances aux antibiotiques, on s’intéresse de plus en plus à lui car il est non seulement polyvalent, sur d’emploi mais les bactéries ne développent pas de résistance contre lui.

Que traite-t-il?

L’argent colloïdal permet de traiter toutes les inflammations (affections qui se terminent en « ite »), les problèmes de peau, les plaies, les mycoses de tous types, toutes les infections bactériennes ou microbiennes, c’est aussi un étonnant remède préventif contre toutes les pathologies de l’hiver.
Il peut s’utiliser en usage externe et interne.
En externe: Pour les problèmes de peau, d’eczéma, d’acné…On l’applique directement sur la peau. Pour les problèmes ORL, on l’utilise en vaporisations: On peut aussi en mettre quelques gouttes dans le nez.
Pour les problèmes de la bouche (aphtes), et toute inflammation , on l’utilise en gargarisme. Pour les yeux: 1 goutte dans chaque oeil en cas de conjonctivite, d’irritation oculaire en interne pour toutes infections.
Comment utiliser l’argent colloïdal ? On le trouve en flacon sous forme liquide . Bien que commercialisé sous forme de produit cosmétique, rien n’empêche de l’ utiliser comme chacun l’entend . Si vous souhaitez utiliser l’argent colloïdal par voie interne, malgré l’interdicion officielle, il faut alors respecter cette posologie :
  • Adultes : 1 cuillère à soupe (1 cuillère = 5ml) 3 à 4 fois par jour, garder quelques minutes en bouche avant d’avaler. En cas de grippe, mais sur une courte période on peut augmenter les doses.
  • Enfants : 1 à 2 cuillères à café selon l’âge, 3 à 4 fois par jour. Il faut mieux le prendre une demie-heure avant les repas, ou deux heures après. Il est important de le prendre seul pour éviter toute interaction avec un autre complément alimentaire. Il agit rapidement. Pour ingérer le produit ne pas utiliser de cuillère en métal, mais en plastique ou en bois. On conseille de garder le produit en bouche sous la langue, une minute avant de l’avaler.
En prévention, 1 cuillère à café par jour permet de passer à travers les épidémies , sans oublier de prendre de la vitamine D, absolument indispensable pendant tout l’hiver.

Nettoyer son foie après les fêtes

Il est important de nettoyer son foie deux fois par an afin de maintenir cet organe en bonne santé car il ne faut pas oublier qu’il a de nombreuses fonctions et joue un rôle important dans la détoxification du corps. C’est l’organe émonctoire le plus important. Il filtre, nettoie et élimine de nombreuses toxines. Il intervient dans plus de 1000 fonctions. Tout ce que l’on mange passe par lui à travers le sang, puis est ensuite éliminé par la bile, d’où l’importance d’avoir des sécrétions biliaires suffisantes et quantitatives.

Quand faire le nettoyage?

Après les fêtes de fin d’année (repas copieux et trop d’alcool) et au printemps (saison du foie en médecine chinoise) . Au printemps tout se régénère.

Cet organe est malmené durant les fêtes car trop d’alcool, trop de sucreries et des repas trop riches. Le foie doit métaboliser toutes ces substances .

Selon la médecine traditionnelle chinoise le foie régit le sang et garantit le mouvement du QI ( énergie vitale) dans tout le corps. Il contrôle les tendons et est en relation avec les yeux et les ongles, pour se sentir bien physiquement et psychiquement il est important que l’énergie circule bien dans le corps.

Quels sont les causes d’un épuisement du foie en médecine chinoise ?

Une alimentation trop riche avec trop de glucides ( qui se transforment en cellules graisseuses et favorisent la stéatose ou foie gras ),trop d’alcool et la prise de médicaments.

Le stress

La colère , les ressentiments et la frustration

Le détoxifier apporte beaucoup

Augmentation de la santé physique et psychique

Meilleure assimilation des nutriments

Augmentation de nos défenses

Un meilleur état de la peau

Que faire?

Au niveau alimentaire

Manger beaucoup de crudités: radis, radis noir, crucifères, asperges, artichauts végétaux à feuilles vertes (riches en chlorophylle), oignons, ail, laurier, cumin, menthe, gingembre…

Des agrumes et des fruits entiers pas en jus ( trop riches en sucre)

Des huiles d’olive et de colza de première pression à froid

Du thé vert qui aide à réduire l’accumulation de gras au niveau du foie

De curcuma : Il contient des anti-oxydants qui aident la fonction hépatique et biliaire

Des algues : kombo, spiruline, aklamath qui favorisent aussi l’élimination des toxines.

Il faut boire 2 litres d’eau par jour, des tisanes dépuratives ou du thé vert .

Les jus de légumes sont très intéressants ainsi que les bouillons végétaux. Ils fournissent une réserve alcaline qui modifie le Ph des tissus et permettent ainsi aux tissus de se débarrasser des déchets métaboliques et des toxines. Les enzymes des jus de légumes frais contribuent également à la détox et améliorent les différentes fonctions métaboliques. Les fruits contiennent une grande quantité de sucres naturels, et doivent être utilisés avec modération pendant un nettoyage. Evitez les jus de fruits trop concentrés en sucre pendant ce temps. En revanche si vous faites un jus de légume, vous pouvez mettre l’équivalent d’un fruit dedans.

 

L’apport hydrique est très important pour une bonne détoxification.

Jeuner un jour par semaine durant au moins un mois : jeuner permet une détoxification importante et met les organes au repos.

Aliments à éviter :

Le beurre, les graisses saturées, les gras trans, le pain, le gluten,le maïs , les sucreries, le miel, le chocolat, les jus de fruit, la friture, les sauces, le lait de vache et ses dérivés, l’alcool…

Il existe de nombreuses plantes qui vont aider cette détoxification. On peut les prendre en tisanes, en teintures mères ou en compléments alimentaires.

Le chardon Marie

Son composant principal est la silimarine qui permet de protéger le foie de certaines toxines tout en stimulant son fonctionnement.

L’artichaut

Ses feuilles sont à la fois cholagogues et cholérétiques : Elles améliorent ses fonctions d’élimination et le stimule.

Le Boldo

Il a pour tâche de stimuler la sécrétion de bile, et de faciliter la digestion. Le Boldo est également efficace pour désengorger le foie et la vésicule.

Le Pissenlit

Il assiste le foie dans la digestion et participe à l’évacuation des toxines.

La Gentiane

Elle agit comme tonique hépatique, stimule les sécrétions salivaires, gastriques et hépatiques .

Le Desmodium

C’est un des meilleurs remèdes pour le régénérer Il protège aussi le foie et a une action anti-histaminique importante, ce qui est très important pour les personnes souffrant de problèmes allergiques saisonniers.

Selon certaines études, il favorise la régulation des transaminases et cela rapidement, ce qui est très intéressant dans le traitement des hépatites : On obtient des résultats au bout de 10 jours et il faut prolonger le traitement tout le mois.

Le radis-noir

Il stimule la sécrétion de la bile et favorise son évacuation. À utiliser après certains excès ou mauvais choix alimentaires.

L’acide alpha lipoléique

C’est un anti-oxydant très intéressant pour le foie.

Le souffre

Les amino-acides souffrés (méthionine, souffre), le glutathion participent activement aux fonctions dépuratives du foie

On peut aussi utiliser l’homéopathie:

Par exemple:

Nux vomica 6 DH

Berberis Vulgaris 6 DH

Chardon marie 6 DH

3 granules de chaque, 3 fois par jour pendant au moins un mois.

Il ne faut pas oublier le sport qui aide à éliminer les toxines.

L’exercice physique va accélérer le métabolisme et participer à une circulation plus rapide des toxines. La sueur va permettre de libérer les toxines par la peau.

Quelques recettes :

Jus de radis noir-céleri-granny

Pour 4 personnes

1 radis noir

1 branche de céleri

1 pomme granny smith

1 pincée de sel de céleri

Après avoir epluché le radis noir, rincez-le sous l’ eau froide. Coupez-le en rondelles.

Rincez la branche de céleri.

Epluchez la pomme et coupez la en morceaux.

Passez le tout à la centrifugeuse.

Versez dans les verres.

Agrémentez d’une pincée de sel de céleri et dégustez frais.

Smoothie ananas-citron-gingembre

Pour 4 personnes

4 citrons jaunes

1 citron vert

1 ananas victoria

1 pincée de gingembre

Pressez le jus des citrons. Préparez l’ananas et coupez le en dés.

Mixez l’ananas avec les jus de citrons pressés. Filtrez. Versez dans les verres et saupoudrez d’un peu de gingembre. Dégustez frais.

Soupe d’artichaut persillée

Pour 4 personnes

6 fonds d’artichauts

1 oignon

1 litre de bouillon de légumes

½ citron

un peu de persil

sel et poivre

Faire cuire les fonds d’artichauts 30 minutes dans le bouillon de légumes additionné du jus de citron, de l’oignon préalablement épluché et haché et du persil.

A cuisson, mixez les fonds d’artichauts avec le jus de légumes en ajoutant ce dernier petit à petit jusqu’à la consistance désirée.

Salez et poivrez.

Répartissez dans des bols, décorez d’un brin de persil.